play off 2006

mardi 15 août 2006
popularité : 26%

Articles tirés du journal L’Union

- Dimanche 21 Mai 2006 :

WATER-POLO / Barrages Reims irrésistible

REIMS : Poulain, Morange ; R. Barthow, Baranyi 1, Nagy 3, Gallet, Biro 2, Juhasz 1, P Barthow, Fulop 1, Marcy, Kapus 2. 13 exclusions.

Nagy et les Rémois enfin vainqueurs en Alsace.


Une heure après la victoire d’Aix-les-Bains sur Taverny (15-8), le RN 89 se voyait offrir une chance de marquer sa saison d’une pierre blanche.
En affrontant l’ogre strasbourgeois dans son bassin, les Marnais n’avaient rien à perdre face à un adversaire que l’on voyait promis au dernier carré national et par conséquent favori de ce tournoi à quatre chargé de désigné le 5e du championnat.
Dès le début de la rencontre, les Alsaciens montrent leur volonté de bien faire. Chevalier, en bon capitaine. formé à Châlons puis Reims, trompe la vigilance de Poulain (1-0).
Bien que surpris par ce but, les Rémois se montrent plus entreprenants. Mal récompensés de leur enthousiasme, ils touchent les montants à trois reprises par Nagy, Marcy puis Gallet avant de concéder un deuxième but en infériorité numérique (2-0).
Les locaux n’assurant pas leurs liaisons, les Champenois trouvent la parade en défense et recollent au score grâce à Baranyi (2-1, 8e).
Les Alsaciens profitent de deux nouvelles supériorités numériques pour se donnerde l’air (4-1) avant que les hommes de Fulop, vaillants, ne résistent aux exclusions qui pleuvent sur eux.
Kapus marque de volée, Nagy lobe le portier adverse et Biro, en pivot, trouve les filets du revers de la main. Seul un poteau empêche Juhasz de mettre les deux équipes à égalité à la pause (5-4). Le troisième quart sonne le début de la chevauchée fantastique rémoise.
Les visiteurs mettent en place une grosse défense qui provoque énervement et exclusions dans les rangs de strasbourgeois qui commettent de plus en plus d’erreurs. Un tir à mi-distance de Kapus trompe Rajic et propulse les Rémois en tête pour la première fois de la partie (5-6, 21e).
L’incrédulité gagne les gradins. Les équipes se rendent coup pour coup (6-6 puis 7-7). Désormais, le match est un combat de boxe. Chaque but peut être celui du KO. Les Strasbourgeois semblent plus fébriles, Nagy porte de nombreux coups dans la défense locale et parvient sur l’un d’entre eux à redonner l’avantage aux Siens.
Fulop touche du bois, Jager égalise dans la foulée et relance la partie qui semble vouloir tourner à l’avantage des locaux jusqu’à ce que Nagy ne refasse parler de lui (7-8).
A deux minutes de la fin, sur la même action, Poulain repousse, les Strasbourgeois trouvent les montants à deux reprises et Juhasz place un contre victorieux qui donne deux longueurs d’avance aux Champenois (7-9).
Les Rémois résistent aux assauts désordonnés des Alsaciens pour décrocher la plus inattendue des victoires devant les yeux de leur entraîneur qui sembleà peine y croire mais ne boude pas son plaisir d’avoir vaincu une belle équipe de Strasbourg grâce à des joueurs bien plus motivés.
Aujourd’hui, face aux Aixois, le RN89 jouera la 5e place et est déjà sûr d’être qualifié pour l’Europe.
Grégory ANDRES.

JPEG - 13.6 ko
"Philippe Poulain plus concentré que jamais"

- Lundi 22 Mai 2006 :

WATER-POLO / Élite (barrages) Reims, nouvel Européen

Philippe Poulain : « Je suis fier d’être le capitaine de cette équipe ».


Après plusieurs saisons à disputer les play-downs, les Rémois sont parvenus, cette année, à se hisser dans la catégorie supérieure. Adieu la 9e place synonyme de maintien au raccroc. Bienvenue le 6e rang, le meilleur obtenu depuis des lustres.
Ce week-end à Strasbourg, le RN89 s’est donc admirablement comporté. Deuxième de ce tournoi à quatre, derrière Aix-les-Bains mais devant Strasbourg et Taverny, les Champenois n’ont donc cédé que face aux Savoyards, hier midi (7-10), alors qu’ils menaient 4-3 au repos sous l’impulsion de Juhasz, Baranyi et Poulain.
Le dernier nommé, un capitaine de retour à la compétition après son opération du genou fin mars, ne cache d’ailleurs pas son enthousiasme à l’évocation du film de la saison.
Philippe, quel bilan tirez-vous de la saison régulière ?
« On a fait une bonne saison compte tenu des problèmes rencontrés avec l’accident de Baluch et ma blessure. Huitième, on n’en espérait pas tant. »
Le week-end de barrage a confirmé votre bonne tenue ?
« On n’avait rien à perdre. L’objectif en septembre était de ne pas finir 9e. Le reste était du bonus. On fait un exploit samedi et un demi-exploit hier aussi car, vu le match contre Strasbourg, on paye nos efforts et on n’a pas été aidé par les arbitres. Mais, c’était inespéré. C’est une bonne saison avec une bonne équipe et un bon entraîneur. Tibor Fulop fait de l’excellent travail. »
« Du bon boulot »
Quelles ont été les forces et les faiblesses du RN89 ?
« On a un banc jeune qui n’est pas encore prêt à jouer en Elite mais il progresse. Notre force, c’est la solidarité. On a un collectif qui s’entend bien hors et dans l’eau malgré trois nationalités différentes. Notre objectif est de garder ce groupe et Tibor qui fait du bon boulot depuis plusieurs années. On est des morts de faim dans l’eau. Chacun travaille pour l’autre. »
L’objectif de la saison prochaine ?
« On va attendre de voir ce que les autres équipes récupèrent. On ne peut pas vivre au dessus de nos moyens. On ne peut pas avoir comme espoir de se qualifier pour la coupe d’Europe tous les ans. L’objectif sera le maintien. Chaque année, le championnat se joue à peu de choses. »
Des changements en vue ?
« On espère garder l’ossature. L’objectif prioritaire est de récupérer un second pivot car c’est un poste où l’on se fatigue vite. Il nous faut aussi un arrière pointe car on ne sait pas si Edouart Baluch va rapidement revenir à son niveau. »
Patrick BUNEL (président du RN89) :
« La victoire de samedi soir est méritée. Nous étions appliqués face à des Strsbourgeois diminués par l’absence de Tomasini qui avait perdu son père le matin même. Hier, le revers contre Aix-les-Bains est logique. Pour nous, être 6es, cela reste un excellent résultat qui nous qualifie pour la Coupe Comen, une Coupe d’Europe qui peut être intéressante car on sait où et pour combien de temps elle se déroule. Ce sera une semaine en Egypte en septembre. La compétition supérieure, la Coupe LEN, est trop onéreuse pour nous. »
Grégory ANDRES.





Navigation

Mots-clés de l'article